lobbying

Le lobbying commercial : un atout de poids pour les entreprises

Le développement du secteur privé dépend des décisions prises par les gouvernants. Pouvoir influencer les décideurs est un atout de taille pour une entreprise œuvrant dans un domaine quelconque. Le lobbying commercial vise justement à développer l’influence de sociétés. Même si elle est assez mal perçue en France, elle a déjà démontré son efficacité dans d’autres pays du monde.

Le lobbying commercial : une solution pour préserver la croissance de son entreprise

La croissance d’une entreprise dépend de son environnement. L’adoption de nouveaux textes législatifs peut perturber les activités ou favoriser la concurrence. Renforcer les liens avec les décideurs sera alors l’unique solution pour prévenir ces cas de figure.

Le lobbying commercial est une branche du marketing qui cible les personnes influentes. Cette discipline aide les enseignes à mettre en place une stratégie d’influence. Toutefois, il ne s’agit pas de soudoyer ou de corrompre les élus. Tout se joue sur une relation fondée sur des intérêts communs et des interactions de longue date. À ce titre, les actions déployées ne donneront des résultats que sur le long terme.

Cette approche connait beaucoup de succès aux États-Unis. Les grands groupes usent de leur influence pour gagner de nouvelles parts de marché dans n’importe quel pays du monde. C’est grâce à cela que des multinationales arrivent à s’implanter dans des territoires jugés inhospitaliers. Les décideurs négocient des allégements fiscaux pour les sociétés américaines. Ainsi, ces dernières parviennent à réduire les coûts de l’ouverture d’une filiale à l’étranger. En France, le lobbying est surtout employé pour défendre ses intérêts face à des institutions.

Élaborer une stratégie d’influence : les étapes à franchir

Toute stratégie de lobbying commercial commence par la définition d’un objectif clair et mesurable. Idéalement, le lobbyiste doit se fixer une échéance. Il sera ainsi en mesure de planifier toutes les actions à déployer.

La seconde phase se concentre sur la contextualisation. Selon le but poursuivi, l’intervenant s’informera sur les obstacles à franchir. Il faut également décortiquer les enjeux politiques, économiques et sociologiques de l’idée défendue par l’enseigne. À titre d’illustration, une société qui souhaite faciliter sa délocalisation doit savoir que cette pratique est mal vue par les Français. Les élus seront bien plus difficiles à convaincre. D’où la nécessité de recourir à un conseiller en lobbying, tel que puissance-reseaux.com.

Après avoir pris connaissance des appréhensions du public, on identifie les cibles. Contrairement aux idées reçues, il ne s’agit pas forcément de personnalités politiques. Aujourd’hui, les blogueurs et les influenceurs jouent un rôle de plus en plus important.

Dans tous les cas, la prochaine étape consiste à déterminer le levier de persuasion. L’intervenant analysera le comportement pour dresser une échelle de valeurs. Cette dernière permettra ensuite d’établir l’approche la plus efficace pour convaincre la personne influente.

De nombreux détails restent à régler, comme le moment propice au lancement d’une campagne ou encore la technique d’approche à privilégier. Pour prendre les meilleures décisions et renforcer la compétitivité de l’entreprise, il vaut mieux s’adresser directement à un spécialiste.