frenchtech

Investir dans la pierre tout en y gagnant fiscalement

Nombreux sont ceux qui voudraient faire un placement dans l’immobilier mais craignent au plus haut point tous les obstacles et complications de cette activité.

Si investir dans la pierre à titre individuel devient de plus en plus une aventure à tous les stades allant de l’acquisition d’un terrain et de la construction d’un immeuble et ensuite de sa gestion locative et fiscale, placer son argent dans une scpi est un moyen de se dédouaner de tous ces aléas.

L’investisseur ne se préoccupe que de la gestion de ses parts et n’a aucune action sur le terrain. Il n’est pas obligé de miser tous ses fonds sur un seul bien, mais profite de la mutualisation des moyens et des risques offerte par la scpi. Il bénéficie également du service de conseillers experts en droit immobilier et en gestion de patrimoine qui le guideront dans le choix du type de scpi à privilégier en fonction du profil d’investissement qui apparaîtra après une étude approfondie.

Pourquoi choisir une scpi fiscale ?

L’investisseur qui perçoit par ailleurs des revenus fonciers taxés se tournera vers une SCPI fiscale qui cible principalement une réduction d’impôts. Les dispositifs fiscaux sont en permanente mutation et les immeubles qui pouvaient être rentables dans le passé ne le seront peut-être plus dans l’avenir.

La maîtrise de ces mesures fiscales, comme par exemple le dispositif Pinel, ne s’applique qu’à certains biens ou qu’à certains secteurs géographiques. En général, la scpi fiscale est composée de biens d’habitation destinés à la location aux particuliers. L’investisseur pourra cumuler les déficits fonciers produits par la restauration des immeubles anciens ou la déduction d’amortissement du capital investi sur une période allant de 9 à 12 ans pour les immeubles neufs, à condition que ceux-ci s’inscrivent dans les mesures gouvernementales en vigueur au moment de la réalisation des projets.

S’il a financé son placement par un prêt bancaire, la déduction de ces intérêts s’ajoute aux autres déductions. Cette défiscalisation foncière s’opère sur des revenus fonciers taxables et si le résultat annuel de l’ensemble de ces revenus fonciers fait apparaître un déficit, celui-ci viendra en déduction de l’impôt sur les revenus dans la limite de 10 700 euros par an, reportable pendant dix ans.

Bien choisir sa scpi fiscale

Le détenteur de parts de cette sorte de scpi doit garder à l’esprit qu’il s’agit d’un investissement à long terme. Les taux de redistribution sont inférieurs à ceux des scpi de rendement, mais le gain fiscal doit compenser le profit immédiat plus faible.

Le contenu du portefeuille des scpi est un facteur important à prendre en compte. La qualité des immeubles, leur implantation géographique, leur potentiel à s’adapter aux nouvelles normes environnementales seront des facteurs à étudier de près en plus de l’analyse des taux de rendements distribués qui ne sont qu’un des indicateurs de bonne santé d’une scpi.